Abdourahmane Cissé lance un appel à manifestation d'intérêt sur 5 blocs pétroliers

Promotion du bassin sédimentaire ivoirien à Cape Town en Afrique du Sud 

La Côte d’Ivoire lance un appel à manifestation d’intérêt sur 5 blocs

Promouvoir son bassin sédimentaire et ses avantages. Telles sont les raisons de la présence de la Côte d’Ivoire en Afrique du Sud. En effet, du 04 au 08 novembre 2019 , une délégation dofficiels ivoiriens, conduite par Jean-Baptiste Aka, directeur de cabinet du  Ministre du Pétrole, de lEnergie et des Energies Renouvelables, séjourne à Cape Town dans le cadre de la Semaine Africaine du Pétrole dénommée « Africa Oil Week ».
A cette occasion, le mercredi 06 novembre 2019, la mission a exposé aux compagnies pétrolières, les opportunités dinvestissement dans le bassin sédimentaire ivoirien.  
La Côte d’Ivoire présente cette année 18 blocs en promotion avec un accent particulier sur 5 blocs qui regorgent de forts potentiels et dont les données sont suffisantes pour une mise en exploitation rapide.Il s’agit des blocs  CI-800 ;CI-801 ; CI-802 ; CI-102 ; CI-503qui ont été mis à manifestation d’intérêt.Par le truchement des exposés et rencontres bilatérales, les représentants du Ministre Abdourahmane Cissé ont indiqué que la Côte dIvoire, avec sa façade maritime, longue de 500 km et son bassin sédimentaire dune superficie de 87 000 km2, dispose dun potentiel pétrolier important. C’est dans cette optique que le Gouvernement ivoirien a engagé depuis plusieurs années des actions fortes visant à mettre en valeur ce potentiel pétrolier et gazier dans le cadre de partenariats gagnant-gagnant, afin de faire de ce secteur, un véritable moteur de notre économie.
Pour convaincre davantage son auditoire et les participants à Africa Oil Week, les représentants du Ministre ont révélé que les perspectives davenir de la Côte dIvoire en matière de gaz et de pétrole sont prometteuses.  En atteste les bons résultats obtenus après la réalisation d’études régionales à l’échelle du bassin pour soutenir les efforts dexploration des sociétés pétrolières et la mise en œuvre dune politique de bonne gouvernance.
Lors de son grand oral devant un auditoire visiblement conquis, Ambroise Niamien, conseiller technique en charge des hydrocarbures, a rappelé les performances de lindustrie pétrolière ivoirienne. « Avec 4 blocs producteurs comprenant 8 gisements, le bassin sédimentaire ivoirien produit aujourdhui environ 38 000 barils jour de pétrole brut et 213 millions de pieds cubes jour de gaz naturel. La quasi-totalité du gaz naturel produit est utilisée pour la production électrique. La Côte dIvoire constituedonc un marché captif du gaz naturel et les besoins actuels et à venir, pour satisfaire la demande nationale et lexportation en électricité, sont de plus en plus importants », a-t-il précisé.  La délégation ivoirienne a aussi mis en relief les faits majeurs intervenus dans le secteur pétrolier ivoirien ces cinq dernières années pour le rendre davantage attractif. Il sagit notamment de laménagement du Code Pétrolier de 1996 par lOrdonnance n° 2012-369 du 18 Avril 2012 portant modification de la loi n°96 – 669 du 29 août 1996 portant Code Pétrolier et de la révision  des Contrats de Partage de Production (CPP) pour les adapter aux nouvelles exigences du secteur ; de la forte promotion pétrolière initiée, avec à la clé  47 Contrats de Partage de Production signés y compris 4 contrats dans loffshore ultra profond ; de la réalisation de plusieurs campagnes sismiques et de forages dexploration avec des découvertes dindices dhydrocarbures dont certaines sont en cours d’évaluation. A cela s’ajoute lamélioration de la gouvernance du secteur des hydrocarbures par un suivi effectif des obligations contractuelles.

Les émissaires du ministre Abdourahmane Cissé ont rassuré l’auditoire sur la volonté du gouvernement de développer une coopération sous-régionale et surtout de poursuivre la promotion des blocs pétroliers ivoiriens.