Adoption du budget-programmes du MPEER, Abdourahmane Cissé obtient le feu vert du Sénat

Après son passage devant les députés dans le cadre de l’examen du projet
de loi de finances de l’année 2020 et adopté à la majorité des membres de
la Commission des affaires économiques et financières (CAEF), le 21
novembre dernier, Abdourahmane Cissé, Ministre du Pétrole, de l’Energie
et des Energies Renouvelables (MPEER), était ce vendredi 06 décembre
2019, à Yamoussoukro, devant le Sénat. Face à cette deuxième chambre
du Parlement, Cissé a présenté le budget de son département ministériel
estimé à un peu plus 335 milliards FCFA. Un projet de budget adopté
également aujourd’hui, à la majorité des sénateurs membres de la CAEF,
après le grand oral du ministre.  Tout en indiquant d’entrée que l’ambition
de la Côte d’Ivoire est de servir aux populations, une énergie de qualité, en
quantité suffisante et à coût abordable, et de devenir par ailleurs un hub
dans le secteur des hydrocarbures, le MPEER a révélé que ce budget
s’articule autour de quatre programmes : Administration générale,
Hydrocarbures, Energie et Comptes spéciaux du trésor. Pour le volet
Administration générale, c’est la somme de 4 milliards FCFA qui est prévue
pour le paiement de certaines dépenses, le fonctionnement du service. Et
pour l’atteinte des résultats, Cissé a annoncé 8 indicateurs de performance
qui contribueront au suivi de l’évolution des actions menées. Pour le
programme Hydrocarbures, c’est une dotation de 265 millions FCFA qui a
été arrêtée. A ce niveau, Abdourahmane Cissé a insisté sur la qualité du
carburant. Ainsi, dans le cadre de ce budget, une partie sera affectée à la
mise en place d’un laboratoire destiné à faire des contrôles sur l’ensemble
des stations-services à l’effet de vérifier la qualité du carburant mis à la
consommation des Ivoiriens. Les objectifs de ce second programme sont
d’améliorer la gouvernance dans le secteur des hydrocarbures, poursuivre
les activités de promotion du bassin sédimentaire en Côte d’Ivoire. Il a
même déploré que depuis vingt ans au moins, il n’y ait plus eu de
découvertes pétrolières en Côte d’Ivoire alors que le bassin sédimentaire
ivoirien regorge de 51 blocs dont 28 en exploration. « Nous avons un fort
potentiel et j’ai bon espoir, au vu des études et des négociations, que dans
quelques années, nous aurons des découvertes », a-t-il confié. Précisant

qu’il y a 14 indicateurs qui ont été sélectionnés pour faire un bilan en fin
d’année 2020 et mesurer l’utilisation effective des ressources mises à
disposition dans ce programme. Le programme Energie pour sa part
bénéficie d’une enveloppe de 228 milliards FCFA. Ses actions portent en
particulier sur l’accès des populations ivoiriennes à l’électricité. Et cela, à
travers plusieurs volets. Le premier est le Programme national
d’électrification rurale (PRONER). « En 2011, le taux de couverture en Côte
d’Ivoire était uniquement de 33%. Avec les programmes mis en œuvre,
nous sommes passés à fin octobre 2019 à 65%. Notre objectif avec le
budget-programmes est d’atteindre 80% à fin 2020 et nous escomptons
100% de localités électrifiées en 2025 », a expliqué le ministre, images
à l’appui.  Selon lui pour 2020, à travers le second volet, Programme
électricité pour tous (PEPT), l’objectif est de raccorder 200 000 ménages
qui paieront 1000 FCFA et le reliquat étalé sur 10 ans. Le montant de 1000
FCFA étant pris en charge désormais par l’Etat de Côte d’Ivoire. « Entre
2014 et fin octobre 2019, ce sont 711 000 ménages qui ont bénéficié du
PEPT. Nous souhaitons qu’à fin 2020, ce chiffre soit proche de 1 million de
ménages », a relevé Cissé. Des indicateurs, a-t-il fait savoir, permettront
aussi de suivre l’évolution de ce programme.
Le dernier programme quant à lui est relatif aux Comptes spéciaux du trésor dotés de 103 milliards FCFA.
Il s’agit de la Taxe spécifique unique au niveau de la SIR et de la TVA du
secteur énergie. Très sollicité par les sénateurs qui ont salué sa
présentation didactique, le ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies
Renouvelables, a informé que la Côte d’Ivoire produit 38 000 barils par jour
de pétrole et 200 millions de pieds cubes de gaz par jour. Il a évoqué par
ailleurs les actions de son département ministériel au niveau du mix
énergétique de la Côte d’Ivoire qui devrait se situer à 42% à l’horizon 2030
ainsi que des projets au chapitre de la biomasse. Il a rappelé à cet effet que
deux projets ont été signés récemment à Washington par le Premier
Ministre, Amadou Gon Coulibaly.

Annonçant que d’autres sont en cours de
signature avec les déchets palmier à huile. En tout cas, un grand oral à
valeur de cours magistral qui a permis d’éclairer les sénateurs de la Caef.