Efficacité énergétique :Thomas Camara partage la vision de la Côte d’Ivoire devant les parlementaires de la Cedeao

 

 

 « Assurer l’efficacité énergétique en Afrique de l’Ouest en mettant l’accent sur l’innovation, l’implication active du secteur privé et la participation citoyenne ». C’est autour de ce thème de la réunion de la commission mixte énergie et mines/Industrie et secteur privé/Agriculture, environnement et ressources naturelles, que le ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie, Thomas Camara, a axé sa communication ce mardi 10 août 2021, à l’Assemblée nationale. Dans son message dit de solidarité, le ministre ivoirien, à l’ouverture de cette session, a partagé, devant les parlementaires de la Cedeao, la vision du président Alassane Ouattara sur l’efficacité énergétique. Il ressort de sa prise de parole que la Côte d’Ivoire a entrepris ces dernières années, de créer un cadre favorable à la promotion de l’efficacité énergétique. D’où l’adoption en 2019 d’une Politique Sectorielle de Développement des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique (PSDEREE) à l’horizon 2030. La vision de cette politique est de faire de la Côte d’Ivoire, en 2030, un pays leader dans le domaine des énergies renouvelables, de l’utilisation optimale de l’énergie sous toutes ses formes, afin de contribuer à la sécurité énergétique du pays et à la protection de l'environnement. Ajouté à cela, l’élaboration d’un Plan d’Action National d’Efficacité Energétique(PANEE) avec le soutien du Centre pour les Energies Renouvelables et l’Efficacité énergétique de la Cedeao (CEREEC). Pour financer sa politique en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique, la Côte d’Ivoire a également créé un Fonds National de la Maitrise de l’Energie (FONAME). Au niveau réglementaire, divers textes ont été adoptés en 2020. Ils portent sur l’audit énergétique obligatoire dont l’entrée en vigueur est prévue en 2023 ; l’étiquetage énergétique obligatoire en 2022 sur les lampes, les climatiseurs, les réfrigérateurs et les congélateurs afin de contribuer à la fin de l’importation de ces équipements très souvent déjà inutilisés dans les pays européens dont les normes interdisent leur usage. Thomas Camara a aussi évoqué les exigences d’efficacité énergétique dans le bâtiment qui rentrent en vigueur en 2022 et qui fixent des exigences sur l’enveloppe du bâtiment, son orientation et sur certains équipements consommateurs d’énergie. Outre ces mesures d’ordre politique et réglementaire, il est à noter une stratégie de communication, de sensibilisation et de formation en cours d’achèvement pour accompagner la mise en œuvre de la PSDEREE et dont les premières actions seront exécutées cette année sur financement du FONAME. Mieux, afin d’assurer la disponibilité sur le territoire national de ressources humaines de qualité dans le domaine de l’efficacité énergétique, le Projet de Formation Professionnelle dans les domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (PROFERE), a été mis en place et exécuté grâce au soutien de la GIZ sous la tutelle politique du Ministère en charge de l’Eduction Nationale et de l’Enseignement Technique, avec une forte contribution du Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie. Selon le ministre ivoirien des Mines, du Pétrole et de l’Energie, face aux défis climatiques, le développement des énergies renouvelables et la promotion de l’efficacité énergétique ne sont plus un choix, mais une nécessité. Aussi s’est-il félicité de la pertinence du thème retenu. Les différents intervenants dont le président de la Commission de la Cedeao, Jean-Claude Brou, le ministre Alcide Djédjé, le président de l’Assemblée nationale, Amadou Soumahoro, le président du parlement de la Cedeao, Hon Sidie Mohamed, ont salué cette rencontre et souhaité que tous les Etats, à travers de fortes recommandations, s’engagent dans l’économie d’énergie. La réunion qui prend fin le 14 août prochain sera meublée par une dizaine de communications.