Présentation du budget du MPEER pour adoption: Cissé éclaire avec succès les députés de la Caef

Présentation du budget du MPEER pour adoption

Cissé éclaire avec succès les députés de la Caef

Dans le cadre du passage des ministères à l’Assemblée nationale pour la préparation du projet de loi de finances de l’année 2020, Abdourahmane Cissé, ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables, était ce jeudi 21 novembre 2019, face aux députés de la Commission des affaires économiques et financières (CAEF). Il a présenté avec succès les articulations du projet de budget de son département ministériel estimé à un peu plus 335,752 milliards FCFA. Un projet de budget adopté à la majorité des députés membres de la CAEF.  Dès l’entame de ses propos, il a rappelé l’ambition de la Côte d’Ivoire, de servir aux populations, une énergie de qualité, en quantité suffisante et à moindre coût, et de devenir un hub dans le secteur des hydrocarbures. Il ressort de ces explications que ce budget prend en compte quatre programmes : Administration générale, Hydrocarbures, Energie et Comptes spéciaux du trésor. Pour le volet Administration générale, c’est la somme de 4 milliards FCFA qui est prévue pour le paiement de certaines dépenses, le fonctionnement du service. Pour s’assurer de l’atteinte des résultats, Cissé a annoncé 8 indicateurs de performance qui contribueront au suivi de l’évolution des actions menées. Au chapitre du programme Hydrocarbures, c’est une dotation de 265 millions FCFA qui a été arrêtée. Un des éléments clés de ce programme porte sur la qualité du carburant. Toute chose qui permettra d’agir sur le carburant vendu en Côte d’Ivoire et d’avoir un minimum de contrôle. Dans le cadre de ce budget, une partie a même été allouée à la mise en place d’un laboratoire destiné à faire des contrôles sur l’ensemble des stations-services à l’effet de vérifier la qualité du carburant mis à la consommation des Ivoiriens. Les résultats attendus de ce programme sont d’améliorer la gouvernance dans le secteur des hydrocarbures, poursuivre les activités de promotion du bassin sédimentaire en Côte d’Ivoire. En effet selon le ministre, au cours des dernières années, il n’y a pas eu de découvertes pétrolières. « Nous souhaitons, qu’à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays de la sous-région, nous puissions avoir des découvertes. Depuis 20 à 30 ans, nous n’en n’avons pas. Ce budget 2020 accorde des crédits budgétaires pour que nous puissions poursuivre les efforts de promotion de l’activité pétrolière en Côte d’Ivoire. », a justifié le ministre. Précisant qu’il y a 14 indicateurs qui ont été sélectionnés pour faire un bilan en fin d’année 2020 et mesurer l’utilisation effective des ressources mises à disposition. Le programme Energie pour sa part est doté d’un montant de 228 milliards FCFA. Ses actions portent en particulier sur l’accès des populations ivoiriennes à l’électricité. Et cela, à travers plusieurs volets. Le premier est le Programme national d’électrification rurale (PRONER). « En 2011, le taux de couverture en Côte d’Ivoire était uniquement de 33%. Donc 33% des localités en Côte d’Ivoire avait l’énergie. Avec les programmes mis en œuvre, nous sommes passés à fin octobre 2019 à 65%. Notre objectif avec le budget-programme est d’atteindre 80% à fin 2020 et nous escomptons 100% de localités électrifiées en 2025. Soit une couverture universelle », a clarifié le ministre.  Parlant de l’extension du réseau, il a fait savoir que les chefs-lieux de région ne seront pas oubliés. Ainsi pour 2020, à travers le second volet Programme électricité pour tous (PEPT), l’objectif est de raccorder 200 000 ménages qui paieront 1000 FCFA et le reliquat étalé sur 10 ans. Le montant de 1000 FCFA étant pris en charge par l’Etat de Côte d’Ivoire. « Entre 2014 et fin octobre 2019, ce sont 711 000 ménages qui ont bénéficié du PEPT. Nous souhaitons qu’à fin 2020, ce chiffre soit proche de 1 million de ménages », a relevé Cissé. Avant d’indiquer que pour 2020, ce sont 921 localités qui seront électrifiées. Il a assuré que des indicateurs permettront aussi de suivre l’évolution de ce programme. Le dernier programme quant à lui porte sur les Comptes spéciaux du trésor dotés de 103 milliards FCFA. Il s’agit de la Taxe spécifique unique au niveau de la SIR et de la TVA du secteur énergie. Répondant à certaines préoccupations, le ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables, a informé que la Côte d’Ivoire produit 38 000 barils par jour de pétrole et 200 millions de pieds cubes de gaz par jour. Ajoutant par ailleurs qu’à partir de 2024, la Côte d’Ivoire devra procéder à un changement de spécification pour une teneur en soufre moins élevée dans le carburant, comme c’est le cas en Europe. Une situation qui n’est pas spécifique à la Côte d’Ivoire. Des éclairages très appréciés par les députés de la CAEF qui n’ont pas manqué de le faire savoir lors des débats et qui se sont concrétisés par l’adoption du budget-programme du MPEER.